Afrique: Quels sont les liens entre Nicolas Sarkozy et la Françafrique

Afrique: Quels sont les liens entre Nicolas Sarkozy et la Françafrique

 

 

 

 

 

 

 

Peut-être pourrait-on commencer par faire un rapide "portrait politique" de Nicolas Sarkozy. Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa naît en 1955, d'un père immigré issu de la noblesse hongroise. Il grandit à Neuilly sur Seine. Il rate Sciences-Po Paris. Mais il devient avocat en 1981 et s'associe pour créer le cabinet parisien « Arnaud Claude et Nicolas Sarkozy », spécialisé dans le droit immobilier.

 

Nicolas Sarkozy n'a presque jamais plaidé mais il touche une part des profits de ce cabinet d'avocat (240 000 euros en 2002). Nicolas Sarkozy est très tôt engagé en politique. A moins de 20 ans, il rentre à l'UDR puis au RPR, parrainé par Charles Pasqua, dont il se considère le « double » à l'époque.

 

Il va monter progressivement dans la hiérarchie du parti : président du comité de soutien des jeunes à la candidature de Jacques Chirac en 1980, secrétaire national du RPR en 1988, etc. Son seul "faux pas" dans le soutien à Jacques Chirac survient en 1995, quand il se rallie à Edouard Balladur pour les élections présidentielles. En 2002, il soutient Jacques Chirac. En 2004, il devient le président de l'UMP.

 

Nicolas Sarkozy, c'est également une forte implantation politique dans les Hauts de Seine. De 1983 à 2002, il est maire de Neuilly, la ville la plus riche de France. En 2004, il devient président du Conseil général des Hauts de Seine, le département le plus riche de France, prenant la succession de Charles Pasqua.

 

L'expérience étatique de Nicolas Sarkozy est relativement récente. Il devient ministre du Budget en 1993, mais est ensuite écarté de l'appareil d'Etat pour sa "trahison" envers Jacques Chirac. Il est cependant nommé Ministre de l'Intérieur en 2002, puis Ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie en 2004, fonction qu'il doit abandonner sur demande de Jacques Chirac qui ne souhaite pas qu'un Ministre soit également président de l'UMP.

 

En 2005, le même Jacques Chirac nomme cependant Nicolas Sarkozy une nouvelle fois Ministre de l'Intérieur, cumulant ce mandat avec la présidence de l'UMP. Nicolas Sarkozy, c'est enfin un réseau relationnel colossal dans l'industrie et les médias. Je ne citerai pas ici la longue liste de ses soutiens.

 

Citons Martin Bouygues, témoin de son mariage avec Cecilia Sarkozy et parrain d'un de ses fils. Bernard Arnault, également témoin de son mariage. Lagardère, Dassault, Véolia, Bolloré, quasiment tout le CAC 40 soutient Nicolas Sarkozy, qui déclarait d'ailleurs en 2005 : « j'ai tous les patrons de presse avec moi. »Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac Nicolas Sarkozy et Charles Pasqua Nicolas Serge Dassault Nicolas Sarkozy ministre du Budget Nicolas Sarkozy à l'université d'été MEDEF

 

Quels sont les rapports de Nicolas Sarkozy avec l'Afrique et la Françafrique ?

 

Nous nous sommes d'abord intéressés aux idées, aux discours et au programme de Nicolas Sarkozy concernant l'Afrique. L'Afrique n'étant pas au coeur de la campagne présidentielle (ou alors indirectement via l'immigration), les textes à notre disposition sont relativement peu nombreux.

 

Les textes de référence sont : un discours de Nicolas Sarkozy au Bénin en mai 2006, un interview donné au magazine Jeune Afrique en novembre 2006, le discours du meeting UMP de Toulon et un discours sur la politique internationale en février 2007.

 

En examinant ces discours, nous relevons des éléments de "rupture" avec la Françafrique, des éléments de "continuité", et des éléments très "classiques" que l'on retrouve en général dans les propos de tout candidat à la présidence. Le tout forme un ensemble plutôt contradictoire et soumis à différentes interprétations.

 

Les éléments de "rupture" : Nicolas Sarkozy souhaite « tourner la page des complaisances, des secrets et des ambiguîtés » en matière de relations franco-africaines. Il déclare sa volonté de « se débarrasser des réseaux d'un autre temps, des émissaires officieux qui n'ont d'autre mandat que celui qu'ils s'inventent.

 

Le fonctionnement normal des institutions politiques et diplomatiques doit prévaloir sur les circuits officieux qui ont fait tant de mal par le passé. » Il souhaite « cesser de traiter indistinctement avec des démocraties et des dictatures » et critique en ce sens la politique africaine de Jacques Chirac.

 

Les éléments "classiques" : Nicolas Sarkozy, comme la plupart des candidats gaullistes à la présidence, se présente comme un « ami des africains ». Il « aime l'Afrique » et souhaite tout faire pour son "développement", envisagé par ailleurs comme un remède à l'immigration.

 

Les éléments de "continuité" : Si Nicolas Sarkozy critique les réseaux françafricains, il juge néanmoins l'action de la France en Afrique globalement positive : « Je crois pouvoir dire qu'aucun pays du Nord ne porte autant d'attention à l'Afrique que la France. Aucune nation n'a autant à coeur la stabilité, le développement, la réussite des pays du continent africain. [...] La relation entre l'Afrique et la France, l'Afrique et l'Europe doit s'affirmer comme l'un des principaux axes de stabilité de la planète et comme un exemple pour la relation Nord-Sud. »

 

Nicolas Sarkozy critique violemment les discours dénonçant la domination économique française sur l'Afrique : « Il faut cesser de répéter que la France est présente en Afrique pour piller ses ressources car, à tout bien peser, c'est vrai, nous n'avons pas économiquement besoin de l'Afrique - et je mets quiconque au défi de me démontrer le contraire.

 

La France est en Afrique avec des ambitions plus amicales. » Pourtant, certaines de ses déclarations présentent l'Afrique comme un continent à "conquérir" : « L'Amérique et la Chine ont déjà commencé la conquête de l'Afrique. Jusqu'à quand l'Europe attendra-t-elle pour construire l'Afrique de demain ? Pendant que l'Europe hésite, les autres avancent. »

 

Nicolas Sarkozy soutient également les multinationales françaises : « Il n'y a en réalité qu'un petit nombre de grands groupes français qui réalisent une part importante de leurs activités en Afrique. [...] Bouygues, Air France, Bolloré, n'ont pas besoin de la diplomatie française pour exister et se développer en Afrique. S'ils y sont dynamiques, c'est à l'ancienneté de leur implantation, ils ont cru à l'Afrique avant beaucoup d'autres. C'est au talent de leur management et de leurs collaborateurs qu'ils le doivent et à eux seuls ».

 

Nicolas Sarkozy exprime son admiration pour le « de Gaulle visionnaire » qui a su « comprendre les aspirations de l'Afrique à l'autonomie puis à l'indépendance » et à Edouard Balladur qui a su « intervenir directement », quand il était premier ministre, pour « arrêter ce crime contre l'humanité » qu'a constitué le génocide rwandais.

 

Enfin, Nicolas Sarkozy souligne le rôle positif de la colonisation : « Le rêve européen a besoin du rêve méditerranéen. Il s'est rétréci quand s'est brisé le rêve qui jeta jadis les chevaliers de toute l'Europe sur les routes de l'Orient, le rêve qui attira vers le sud tant d'empereurs du Saint Empire et tant de rois de France, le rêve qui fut le rêve de Bonaparte en Egypte, de Napoléon III en Algérie, de Lyautey au Maroc.

 

Ce rêve qui ne fut pas tant un rêve de conquête qu'un rêve de civilisation. Cessons de noircir le passé. L'Occident longtemps pécha par arrogance et par ignorance. Beaucoup de crimes et d'injustices furent commis. Mais la plupart de ceux qui partirent vers le Sud n'étaient ni des monstres ni des exploiteurs.

 

Beaucoup mirent leur énergie à construire des routes, des ponts, des écoles, des hôpitaux. Beaucoup s'épuisèrent à cultiver un bout de terre ingrat que nul avant n'eux n'avait cultivé. »13 Nicolas Sarkozy a également déclaré lors du meeting de Caen, le 9 mars 2007 : « La vérité, c'est qu'il n'y a pas eu beaucoup de puissances 13Nous ne parlons pas ici des discours de Nicolas Sarkozy concernant l'immigration.

 

Voici cependant quelques citations : "Si certains n'aiment pas la France, qu'ils ne se gênent pas pour la quitter. [...] Au nom de quoi les Etats-Unis, l'Australie, le Canada, l'Angleterre, l'Allemagne et tant d'autres choisiraient les meilleurs étudiants, les meilleurs travailleurs et nous nous n'aurions le droit de choisir personne pour subir tout le monde. Cette politique, ce n'est pas la mienne." (Nicolas Sarkozy, cité par LCI, 22/04/2006) "Si Le Pen dit que le soleil est jaune, je ne vais pas être obligé d'arriver en prétendant qu'il est bleu. Personne n'est obligé d'habiter en France.

 

Quand on habite en France on respecte ses règles. C'est-à-dire qu'on n'est pas polygame, qu'on ne pratique pas l'excision sur ses filles, qu'on n'égorge pas le mouton dans son appartement, et qu'on respecte les règles républicaines." (Nicolas Sarkozy, TF1, 5 janvier 2007) "Je ne vise pas l'électorat du FN, je l'ai déjà." (Nicolas Sarkozy, cité par Thomas Lebegue, Libération, 1er juillet 2005)coloniales dans le monde qui aient tant oeuvré pour la civilisation et le développement et si peu pour l'exploitation.

 

On peut condamner le principe du système colonial et avoir l'honnêteté de reconnaître cela. " Tous ces discours sont en totale contradiction avec le début de mon exposé concernant les origines de la Françafrique, et avec les enquêtes de l'association Survie en général (en particulier concernant le génocide rwandais).

 

Nous ne pouvons d'ailleurs que déplorer le manque de "répondant" des journalistes interrogeant Nicolas Sarkozy sur tous ces sujets.

 

Pour revenir sur ses déclarations concernant "la France qui, économiquement, n'a pas besoin de l'Afrique", un journaliste renseigné aurait pu souligner quelques informations pourtant faciles à obtenir : selon le Ministère des Finances et de l'Industrie, en 2006, les échanges avec l'Afrique représentaient environ 5% des échanges internationaux de la France.

 

Le solde économique de ces échanges est positif, contrairement aux soldes de la France avec d'autres continents. Ainsi, en 2005, le solde France/Afrique était de + 3 milliards d'euros environ, soit autant que le solde France/Amérique, mais le solde France/Europe était de - 18 milliards d'euros, et le solde France/Asie - 22 milliards d'euros. En 2002, le nombre de filiales d'entreprises françaises en Afrique s'élevait à 2637, en hausse de 13% par rapport à l'année précédente.

 

Au Congo Brazzaville et au Gabon, le pétrole enrichit TotalFinaElf, qui affichait, en 2005, un bénéfice record de 12 milliards d'euros. Au Cameroun, au Congo Brazzaville et au Gabon, le bois fait la fortune de Bolloré (1 milliard de chiffres d'affaires en 2004) et de Rougier. Meubles en Okoumé, planchers en Azobé, escaliers et portes en Sapelli ou Moabi, toutes ces essences menacées de disparition sont largement utilisées en France, premier importateur européen de bois africain.

 

Au Mali, l'or est une manne pour la Somadex, une filiale de Bouygues15. Au Niger, l'uranium est exploité par la Cogema, assurant plus de 50% de l'approvisionnement des centrales françaises. Nous pourrions encore citer le commerce du diamant en Centrafrique, du gaz en Algérie16, des phosphates au Togo et au Maroc.

 

Mais également les produits agricoles (café, ananas, cacao, arachide, canne à sucre...) et les services (transport, eau, BTP, télécoms...). En 2004, Bouygues a réalisé 1,2 milliards de chiffres d'affaires en Afrique. Enfin, le commerce des armes est très lucratif. Entre 1996 et 2003, les exportations d'armes de la France en Afrique ont représenté 30 milliards d'euros (Dassault, Lagardère...).

 

Solde extérieur de la France par zone géographique, en milliards d'euros

 

(source : Ministère des Finances et de l'Industrie)

 

Notons cependant que nos interprétations des discours de Nicolas Sarkozy sont subjectives. D'autres interprétations de ses discours seraient possibles. C'est pourquoi il faut prendre du recul avec les mots et nous concentrer sur les faits.

 

Pour cela, nous nous sommes posés deux principales questions : Nicolas Sarkozy développe-t-il des relations avec des dictateurs ? Quels sont les liens entre Nicolas Sarkozy et le "réseau Pasqua" ?

 

Justement, tu parles de relations personnelles avec des dictateurs.Peux-tu en dire un peu plus ? Nicolas Sarkozy entretient des relations avec plusieurs dictateurs.

 

Selon La lettre du continent, une publication essentiellement destinée aux diplomates et aux industriels opérant en Afrique, Nicolas Sarkozy a rencontré au moins sept fois Omar Bongo depuis 2004, la plupart du temps dans l'hôtel particulier parisien du dirigeant gabonais.

 

Récemment, dans le Nouvel Observateur de février 2007, Omar Bongo déclarait : « Avec Nicolas Sarkozy, il y a une différence parce qu'on est amis. Si demain il me renie parce qu'il est président, je lui dirai : "ce n'est pas sérieux Nicolas". [...] Je crois que le fondement même de la Françafrique restera, quitte à l'améliorer. »

 

Nicolas Sarkozy est un ami de Denis Sassou N'Guesso, le chef d'Etat du Congo-Brazzaville. Il soutient la monarchie marocaine de Mohammed VI. Notons que son bras droit Brice Hortefeux soutient d'ailleurs la colonisation marocaine du Sahara Occidental. Nicolas Sarkozy est également proche du président Bouteflika et des milieux militaires algériens.

 

Depuis 2003, il s'est rendu une à trois fois par an en Algérie. En juillet 2004, il a signé un accord économique France/Algérie de 2 milliards d'euros, l'un des plus grands accords français avec un pays du Sud, pour développer des projets industriels algériens, au bénéfice de sociétés françaises. Cette décision est quelque peu contradictoire avec les grandes déclarations de Nicolas Sarkozy sur le rôle des multinationales en Afrique.

 

Ce dernier a récemment affirmé qu'il souhaitait apporter la technologie nucléaire en Algérie, en échange d'accords sur l'exploitation du gaz algérien par la France. Nicolas Sarkozy a également critiqué l'accession au Pouvoir du fils d'Eyadéma au Togo.

 

Cependant, en tant que Ministre de l'Intérieur, il n'a pas mis fin à l'équipement et l'encadrement de la politice togolaise par la France. Pour terminer, nous avons trouvé dans le journal La lettre du continent cette information sybilline : pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, son ami Martin Bouygues « a mis à sa disposition son conseiller Afrique, Michel Lunven, ancien ambassadeur de France au Gabon et en Centrafrique et ex-conseiller de Jacques Foccart ».

 

Pourquoi le patron d'une des plus grandes entreprises de BTP met-il à disposition de Nicolas Sarkozy un ancien conseiller de l'architecte de la Françafrique, pour une campagne présidentielle ? La question reste ouverte. Quels sont les liens entre Nicolas Sarkozy et le réseau Pasqua ?

 

D'abord, pourquoi s'intéresser à ces liens ? Parce que ce que nous appelons le "réseau Pasqua" est un acteur emblématique de la Françafrique, décrit dans de nombreux ouvrages de l'association Survie. Charles Pasqua était le bras droit de Jacques Foccart, l'architecte de la Françafrique.

 

Le "réseau Pasqua" désigne une nébuleuse d'acteurs industriels, militaires, politiques et barbouzards impliqués dans de nombreuses affaires de trafic d'armes, de corruption, de coups tordus en Afrique (affaire Elf, affaire Angolagate, affaire Falcone, affaire Marchiani, etc.).

 

Historiquement, même si Nicolas Sarkozy a pris ses distances politiques avec Charles Pasqua depuis plusieurs années, les liens entre le candidat UMP à la présidence et Charles Pasqua sont forts. Charles Pasqua était le témoin du premier mariage de Nicolas Sarkozy.

 

Il a joué un rôle majeur dans son éducation politique, à Neuilly sur Seine, dans les Hauts de Seine et au RPR. Nicolas Sarkozy se définissait dans les années 70 comme le « double » de Charles Pasqua et déclarait en 1983 : « C'est l'un des hommes les plus honnêtes que je connaisse ».

 

Il lui a certes "raflé" la mairie de Neuilly sur Seine en 1983, mais ils se sont ensuite réconciliés. Nicolas Sarkozy a par exemple vraisemblablement aidé Charles Pasqua à devenir sénateur en 2004, lui permettant de bénéficier d'une immunité parlementaire.

 

Certains bras droits de Nicolas Sarkozy sont des anciens bras droits de Charles Pasqua. C'est le cas de Claude Guéant, directeur de campagne de Nicolas Sarkozy pour 2007. Claude Guéant, énarque, était secrétaire général de la préfecture des Hauts de Seine, Directeur Général de la Police Nationale, nommé par Charles Pasqua.

 

Il assiste en général à tous les entretiens de Nicolas Sarkozy avec des dirigeants africains. Citons également Michel Gaudin, énarque, ancien directeur de cabinet de Charles Pasqua au conseil général des Hauts de Seine, actuellement Directeur Général de la Police Nationale, nommé par Nicolas Sarkozy.

 

Nous nous sommes également intéressés à la reprise du conseil général des Hauts de Seine par Nicolas Sarkozy : celui-ci a-t-il fait une "rupture" avec la politique de Charles Pasqua, son prédécesseur à ce poste ?

 

En prenant la tête du conseil général des Hauts de Seine, Nicolas Sarkozy a fait un hommage appuyé à Charles Pasqua, et le conseil général lui a fourni une voiture de fonction avec chauffeur, une secrétaire et des bureaux. Nicolas Sarkozy a lancé un audit général du conseil général, mais les conclusions de cet audit sont restées secrètes.

 

D'après ce que nous avons pu lire, la politique de Nicolas Sarkozy n'est pas en rupture avec celle de son prédecesseur, hormis peut-être une baisse des dépenses sociales (par exemple, suppression de 4000 logements sociaux et privatisation de crèches).

 

Nous nous sommes également intéressés à Coopération 92, une officine du Conseil général des Hauts de Seine créée par Charles Pasqua, citée dans de nombreux ouvrages de l'association Survie pour ses actions "sulfureuses" en Afrique.

 

Cette Société d'Economie Mixte a officiellement pour objectif de lutter contre les inégalités Nord/Sud. Au moment où Nicolas Sarkozy prend la tête du conseil général des Hauts de Seine, Coopération 92 était dirigée par Yan Guez, un ancien de la SOFREMI (officine de ventes d'armes), touchant 11 000 euros par mois et roulant en 4x4 de luxe de fonction.

 

Les activités de Coopération 92 étaient opaques, aucun rapport sur le contenu et l'évaluation des projets réalisés n'était transmis au Conseil Général. Nicolas Sarkozy a remplacé Charles Pasqua à la présidence de Coopération 92 et lancé un audit financier mettant à jour de nombreuses anomalies financières (emplois fictifs, surfacturations, etc.).

 

Il a cependant reconduit Yan Guez dans ses fonctions, demandant certes davantage de transparence. En juillet 2005, le parquet de Nanterre lance une enquête sur Coopération 92. Nicolas Sarkozy démissionne quelques temps après, officiellement pour des questions d'emploi du temps. L'affaire suit son cours.

 

Une dernière petite anecdote pour terminer : en mars 2006, Robert Feliciaggi, homme d'affaires à la tête d'un empire des jeux de hasard et des casinos en France et en Afrique, souvent cité dans les ouvrages de François-Xavier Verschave à propos de blanchiment d'argent, a été assassiné en Corse. Nicolas Sarkozy a demandé au préfet d'Ajaccio de participer en grande tenue aux obsèques de Robert Feliciaggi.

 

Tout à l'heure, lors de l'exposé sur Jacques Chirac, tu nous as parlé des affaires Elf, de l'affaire du financement occulte du RPR, etc.

 

Est-ce que Nicolas Sarkozy a quelque chose à voir là dedans ?

 

Attention, terrain miné ! Ce que je m'apprête à dire doit être considéré avec la plus grande prudence. Le nom de Nicolas Sarkozy apparaît dans trois affaires : l'affaire des emplois fictifs du RPR, l'affaire Schuller et l'affaire Elf. Mais aucune enquête n'a été lancée sur les liens entre Nicolas Sarkozy et ces affaires. Donc tout ce que je vais dire n'est pas validé par la Justice française, même si nous serions très curieux que des enquêtes soient menées.

 

-L'affaire des emplois fictifs du RPR : une permanente du RPR était rémunérée par la mairie de Neuilly sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Etait-ce un cas isolé ? Pourquoi Nicolas Sarkozy n'a-t-il jamais été entendu par la Justice sur ce sujet ?

 

-L'affaire Schuller : Didier Schuller était le directeur général de l'office d'HLM des Hauts de Seine, membre du RPR, accusé et condamné pour un vaste système de détournement de fonds publics, notamment à des fins politiques. Selon son bras droit Jean-Paul Schimpf, interpellé en flagrant délit alors qu'une entreprise d'assainissement lui remettait une valise de billets pour l'obtention d'un marché public, Didier Schuller finançait des campagnes politiques commes celles de Patrice Balkany, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. Là encore, aucune enquête n'a été lancée à ce sujet.

 

-L'affaire Elf : lorsqu'il a été convoqué par la juge Eva Joly, l'ancien PDG d'Elf Loik Le Floch-Prigent a affirmé avoir abordé le fond du dossier Elf pour préparer sa défense avec de nombreuses personnalités, dont Nicolas Sarkozy, Ministre du Budget à l'époque. Que se sont-ils dits ? Pourquoi Loik LeFloch-Prigent est-il allé rencontrer Nicolas Sarkozy ? Là encore, le mystère reste entier.

 

Notons pour finir que Nicolas Sarkozy soutient politiquement Alain Carignon, ancien maire de Grenoble écroué pour une vaste affaire de corruption et d'enrichissement personnel dans les années 80-90, mais qui revient sur le devant de la scène politique grenobloise.

 

On ne peut que déplorer ce soutien politique, surtout pour un candidat à la présidentielle qui affirmait le 3 novembre 2006 sur France Inter : « Je n'ai pas l'habitude de fréquenter des gens qui ont été condamnés par la Justice. »

 

 

 

 

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site