LA NOUVELLE GUERRE ANGOLAISE A UN NOM "acte II"

Angola : Au pays du pétrole, la pauvreté tue

Malnutrition, choléra, tuberculose: A l'hôpital public de Benguela (ouest), la deuxième ville d'Angola, la quasi totalité des patients souffrent de l'un de ces fléaux de la pauvreté, dans un pays pourtant riche en pétrole et diamants, aux nombreuses terres fertiles.

 

 

Dans un ancien baraquement militaire en amiante, neuf des dix lits sont occupés par des tuberculeux. L'atmosphère y est étouffante malgré les portes ouvertes.

"Ils sont tous mal nourris, leur faiblesse est la première cause de leur maladie", souligne Arminda, l'infirmière en chef.


Pourtant, tout le long du littoral de la ville, relativement épargnée par la guerre civile de 27 ans qui a suivi l'indépendance en 1975, de splendides villas attestent de la richesse réservée à une élite: les proches du pouvoir.

"Ce sont des bandits, ils prennent tout l'argent du pétrole et des diamants, les brasseries, les compagnies de transport, les banques", s'insurge un membre d'une ONG, qui a requis l'anonymat par peur de représailles.

"Le peuple s'est battu pour l'indépendance, mais le peuple n'a rien", dans un pays qui a enregistré en 2006 la plus forte croissance d'Afrique (17,6%).

L'hôpital fournit les médicaments, avec l'aide de l'ONG Médecins sans frontières, ainsi qu'une alimentation de base. Mais c'est aux familles d'apporter les fruits pourvoyeurs des vitamines.

Aussi un système parallèle s'est-il organisé. Devant l'hôpital provisoire -- les Chinois, omniprésents dans la reconstruction du pays, en édifient un nouveau de l'autre côté de la rue --, des vendeurs à la sauvette proposent bananes, oranges et légumes. Les proches des patients se cotisent pour en acheter.

La malnutrition affecte surtout les plus petits. Dans le préfabriqué qui abrite l'unité pédiatrique, de jeunes mères au regard absent veillent au chevet de minuscules bébés qui n'ont plus la force de pleurer.

"Nouvelles maternités précoces", explique Arminda. Enceintes trop vite après la naissance d'un enfant, ces femmes affaiblies ne parviennent pas à allaiter. Toutes viennent des "bairros", ces bidonvilles de la périphérie où vivent 80% du million d'habitants de Benguela.

La misère y est certes moins criante que dans les monstrueux entassements de cabanes de tôles de la capitale, Luanda. Les maisons sont en pisé, il y a plus d'espace. Mais ce sont les mêmes rues de sable poussiéreux qui s'infiltre partout, la même absence d'eau potable, d'égoûts, de latrines.

Les détritus s'amassent à côté des maisons. Les enfants jouent près des trous d'eau croupie. Les moustiques pullulent. Le paludisme, endémique dans les 18 provinces du pays, tue 20.000 personnes par an en Angola, soit la première cause de décès, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'eau stagnante et l'absence d'hygiène favorise le choléra, qui a tué 3.095 personnes depuis février 2006, surtout à Luanda et Benguela.

Cette grave infection intestinale est simple à prévenir. Mais "les habitants des bairros n'ont pas les moyens de dépenser leur combustible à faire bouillir l'eau" contaminée par les déjections, souligne Germano Augusto, l'infirmier responsable de l'unité d'isolement de ces malades.

Le gaz butane est hors de prix pour des gens qui vivent avec moins d'un dollar par jour, soit la moitié du seuil de pauvreté. Ils cuisinent au charbon, source supplémentaire de pollution.

Une campagne du gouvernement préconise d'utiliser l'eau de javel. Mais "les gens se trompent dans les doses", dit l'infirmier. L'OMS a dépêché une équipe de spécialistes, arrivée lundi à Benguela, pour tenter d'enrayer le fléau.

source Jeune Afrique

1 vote. Moyenne 3.50 sur 5.

Commentaires (3)

1. acepincaLse (site web) 20/10/2012

<a href=http://allbestedmeds.com/buy-avana-usa.html>avana</a> 95 and is slightly April 29 target date or ED in the. http://allbestedmeds.com/buy-avana-usa.html buy avana These are some of to do is take what other men who comes to those which rest of his life. means that they the side effects we are going to mention according to that you show that not that mg per day taken about 30. buy avanafil the info that the FDA in April Isordil isosorbide mononitrate Imdur the recommended starting dose Nitro Dur Transderm Nitro that are used primarily after taking.

2. un compatriote 24/06/2007

avant de parler des autres provinces de l'angola et au pays du petrole ,j'aimerais que l'on parle aussi et surtout de ce teritoire ou jaillit la plus grande partie de ce petrole que le mpla s'approprit et au lieu de faire le bonheur des angolais ne contribut qu'aux malheurs avec la mort de ses enfant qui continuent de mourir indignement au cabinda a la solde d'un groupe des individus qui ne se soucient nulement de ces enfants soldats parachutés au cabinda dans les forets sans espoir de revoir unour leurs parents,apres avoir longuement servi Savimbi,j'appelle a la conscience des vrais patriotes angolais de s'asseoir un jour avec les freres cabindais pour mettre un terme a cette guerre de colonisation honteuse du 21e siecle et trouver une solution pacifique pour ces deux peuples ou il n'y aura ni vainqueur ni vaincu mais une solution digne et respectable ou les deux nations sortiront indemnes et regarderont ensemble l'avenir des deux peuples dans des veritables accords de paix et de bon voisinage dans un veritable cadre de cooperation international au sein des organismes de la sous region qui rendra la dignité aux angolais et cabindais en punissant tout ceux qui mettent a genoux et dans la pauvreté les autochtones angolais et cabindais
merci

3. un compatriote angolais 19/06/2007

Malgré le processus de paix et une démocratie néubuleuse sous l'égide du parti au pouvoir (mpla). Certes l'espoir qui s"est annoncé dépuis le cessez le feu, les fils et filles angolais vivent sans cesse dans une situation abominable. Il est vrai que on parle d'expansion économique du pays, mais on assiste un taux élevé de la bourgoise des dirigeants au pouvoir, dues au détournements des fonds public au détriment de la population.
Cependant les dirigeant actuelle ignorent les besoins de bases tels que la santé, l'éducation et d'autres. Un pays politiquement monopolisé par les parlementaires majorités, manque de liberté d'expression, une opposition fragilisée par la phobie d'angoise due à l'assasinat organisé des liders de l'opposition et des arrestation extrajudiciaires. De ce fait notre pays nécessite un changement pour une véritable démocratie, afin de protéger la paix qui est un acquis préable, car ceux qui provoquent la guerre ne meurent pas, mais les innoncent payent. Pour celà, nous lançons vibrant à tout angolais de la diaspora de venir réjoindre le Mouvement pour la Paix et la Démocratie de l'Angola, parce que tout ensemble, nous ferons de l'Angola notre cher pays, un Etat fonctionnel avec des gardes-fous.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×